Délégationde l’Aisne

Je ne savais pas qu’on pouvait ressentir autant de joie en aidant les autres !

Cela s’est passé à Noël

Mi-décembre, nous sommes alertés par un diacre sur la situation d’une famille « victime de la crise ».

Monsieur travaille dans une entreprise de sous-traitance d’équipements automobiles ; chômage technique et menace de licenciement économique. Le salaire de novembre a été réglé, les factures ont été payées.

Noël approche, et le moral du père de famille que nous recevons est au plus bas.

Je ne savais pas qu'on pouvait ressentir autant de joie en aidant les autres !

Nous invitons la famille (père, mère, deux garçons de 16 et 13 ans) au repas de Noël offert par la paroisse, expliquant que tout était préparé, servi, animé par des bénévoles. Refus du papa (« on n’osera pas y aller ! »). Il revient quelques jours plus tard, acceptant notre offre, mais les quatre membres de la famille se disent prêts à intégrer le groupe de bénévoles.

Et c’est ainsi que la famille s’est investie, le 24 décembre, dans la préparation du réveillon de Noël (décorations, tables et couverts, paquets-cadeaux), le 25, dans le service et la vaisselle, le 26, dans le rangement et le nettoyage.

« Je ne savais pas qu’on pouvait ressentir autant de joie en aidant les autres », a déclaré l’aîné des garçons sur la chaîne France 3, venue faire un reportage ce jour-là.

Imprimer cette page

Consulter le site national